Retour sur la soirée littéraire du 11 décembre 2018

Une soirée dynamique, sympathique, pleine d’échanges et de rencontres !

Le 11 décembre 2018, le club Lyon Aéroport invite les trois auteurs régionaux, Julie CERTINES, Aurélien DELSAUX et Alain LEONARD, sélectionnés pour participer au concours de littérature LIONS 2018 – 2019.

 

Julie CERTINES :

« C’est l’histoire d’un quai, d’une gare de correspondance, d’un dimanche soir comme un autre. Je retourne travailler, emportant ma vie pour la semaine dans ma petite valise à roulette. J’attends. J’observe les visages familiers de celles et ceux que je croise fréquemment. J’imagine à quoi ressemble leur vie lorsqu’ils ne sont pas contraints d’être ici. J’arrive en gare. La voix suave et rassurante de « Madame SNCF » me susurre à l’oreille la mélodie habituelle : « Correspondance pour Saint-Gervais-les-Bains, même quai, voie en face ».

A trop entendre cette phrase, je ne l’entends plus. Un soir pourtant, elle prend tout son sens. Même quai voie en face : des mots anodins qui résonnent étonnamment en moi. Une idée me vient, puis deux, puis trois… Même quai voie en face : ce sera mon titre. J’en construirai une histoire

Cette histoire, je l’ai écrite par scènes successives. Pas toujours dans l’ordre définitif, jamais de façon linéaire. Je l’ai ensuite construite comme on monterait une trame de cinéma. Je me suis parfois laissé porter par les personnages qui finissaient étonnamment par prendre une part d’indépendance et me montrer par eux-mêmes le chemin du récit.

Ce récit, c’est celui intimiste d’une vie, celle de Wandrille. Ce jeune père séparé, en proie à la crise de la quarantaine, relate lui-même sur un ton nostalgique et humoristique ses errements de nouveau célibataire. Une série de retours en arrière, de souvenirs d’enfance et de récits oniriques jalonnent son histoire. Wandrille nous embarque avec lui dans ses trajets en train, dans sa quête de sens qui, jalonnée de rencontres inattendues, le conduira bientôt à renouer avec une partie de son passé et à goûter pour la première fois de sa vie, à la jouissance du lâcher-prise.  A travers Wandrille, je voulais que ce texte reflète quelque chose de l’isolement.


Aurélien DELSAUX

 

“Sangliers” c’est cinq ans dans la vie d’un hameau de la campagne française; on y croise des personnages très différents (un sculpteur, un prêtre, un prof, des chasseurs, des déclassés, etc.), qui vivent les uns à côté des autres sans se connaître, et que va réunir la trajectoire sombre de Lionel, de ses 10 à ses 15 ans. On y voit la beauté d’un paysage, et l’histoire souvent violente d’un territoire qui se croit sans histoire.

 

 

 


Alain LEONARD